Pillage et destruction des lieux saints d’Afrin

Le «colon» de la ville d’Afrin, qui y a fui après le contrôle turc de la ville, a transformé le sanctuaire religieux «Qara Qarnah» du district de Sharan en un «corral» pour abriter le bétail, même après que les habitants lui ont dit que ce site était considéré comme l’un des «centres religieux sacrés». Ils sont habitués à rendre visite à leurs pères et grands-pères et à y pratiquer le culte rituel.
Le résident vient de la ville de Ma’rat al-Numan, que l’armée syrienne a pu contrôler à la suite d’un accord rédigé par la Russie et la Turquie le 28 août 2020.
Le temple «Çêlxane» dans le village de Qibar dans la région d’Afrin, qui est considéré comme l’un des centres religieux des Yézidis, a été démoli et fouillé par les éléments de la Légion du Levant le 17 mai de cette année.
La plupart des déplacés internes vers la ville d’Afrin sont indifférents aux coutumes, aux rituels et aux traditions de ses habitants, et la plupart d’entre eux sont endurcis par les factions d’opposition armées et pro-turques en persécutant et en attaquant la population locale.
La renonciation de la Turquie à ses responsabilités de pays occupant joue également un rôle majeur dans les groupes armés qui leur sont fidèles au sein de l’Armée nationale syrienne, commettant davantage de violations au milieu d’appels répétés pour les arrêter, tenant les personnes impliquées responsables de leurs actes et libérant tous les détenus qui comptent plus de 3 000 personnes, dont certains ont été arrêtés il y a deux ans, et non soumis Pour tous les procès, car ils ne sont pas autorisés à engager un avocat et leurs proches ne connaissent pas l’emplacement de la plupart d’entre eux.
Les médias officiels turcs, y compris l’Agence d’Anatolie et le contrôle de la Turquie sur la ville d’Afrin en mars 2018, ont publié des photos de «l’armée turque trouvant un cimetière» qui, selon elle, visaient des terroristes tout en effectuant des opérations de fouille et de ratissage dans la ville, comme décrit dans les nouvelles. Les photos publiées par l’agence jointes aux informations indiquent que le cimetière se trouvait dans un endroit ouvert et connu, et qu’il n’est pas nécessaire de découvrir ou de trouver quoi que ce soit de “très secret”.
Des sources locales ont révélé plus tard que les autorités turques avaient détruit toutes les tombes, dans le cimetière de (le martyr Avista Khabour) et les avaient excavées avec des bulldozers, et pas seulement cela, mais avaient délibérément transformé le site du cimetière en marché aux bestiaux, afin d’offenser le caractère sacré des tombes parmi les Kurdes et le peuple en général, en particulier les tombes des “martyrs” Le cimetière comprend les enfants du peuple d’Afrin, dont les autres sont restés dans leurs maisons en silence sans pouvoir condamner un tel crime, qui s’ajoute au dossier de la Turquie et des groupes syriens qui lui sont fidèles dans les violations des droits de l’homme.
Le cimetière est situé à la jonction du village (Kafrishel) du centre-ville d’Afrin, où les «martyrs» y ont été enterrés après qu’il n’a pas été possible de les enterrer dans le cimetière (le martyr Sidou) à (Jandiris) et le cimetière (le martyr Rafik) à Matini dans le district de (Shara / Sharan). Des centaines de civils et de combattants y ont été enterrés à la suite de l’attaque et des bombardements turcs.
Depuis que les forces armées turques ont pris le contrôle de la région d’Afrin dans la campagne d’Alep, elles ont emporté de nombreuses tombes, sanctuaires religieux, centres culturels et sites archéologiques appartenant aux Kurdes, aux Yézidis et aux chrétiens, dans un effort pour effacer les caractéristiques originales de la ville et effacer sa mémoire sociale, historique et religieuse. Les tombes n’ont pas été épargnées par les actes de sabotage, car la tombe de la mère d’un poète kurde dans le village de Malala du district de Raju a été détruite uniquement dans le but d’y écrire des phrases en langue kurde, en plus de détruire les tombes du savant kurde Nuri Darsmi et de son épouse dans le cimetière de Hanan, ainsi que le sanctuaire du martyr Kamal Hanan / Jenderes et la destruction du cimetière du village de Qurbê, qui appartient au district de Jenderes, en plus du balayage des cimetières civils dans le village de Kafr Safra, du bombardement du cimetière et du sanctuaire de «Abd al-Rahman bin Auf» dans le village de Kani Kaourki / en plus de la destruction d’un cimetière dans le Shih an , Qui s’appelle “The Topic Cemetery” dans un village Crochets “, où la tombe d’une falaise 650 sur les 1000 tombes des habitants du village.
Dans le domaine de “Shra / Sharan”, également à Medanaki, les pierres tombales du cimetière de la ville ont été détruites, et les factions ont également abattu les arbres forestiers qui entourent le cimetière, qui acquièrent le caractère de caractère sacré pour les citadins.
Les pierres tombales ont été détruites dans le village d’Adma / Admanli, district de Raju …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *